Alimentation de bébé : prendre de bonnes habitudes très tôt

//Alimentation de bébé : prendre de bonnes habitudes très tôt

La médiatisation de faits divers concernant des bébés très gros notamment un bébé chinois de 20 kg à 10 mois pose la question du surpoids chez les enfants. Autre star malheureuse, un petit Américain (Texas) ayant vu le jour en juillet 2011 qui pesait à la naissance 7,3 kg, pour une taille de 60 centimètres. L’accouchement s’est déroulé par césarienne, de peur d’endommager les épaules du bébé en cas de naissance par voies naturelles. Au-delà de 4 kg, des problèmes respiratoires peuvent se faire ressentir, et le nourrisson texan a été placé sous assistance respiratoire.

Au-delà de ces cas spectaculaires, les spécialistes médicaux nous alertent sur la recrudescence de l’obésité dans le monde et les maladies qu’elle engendre. Et les mauvaises habitudes se prennent dès l’enfance. Mais il serait idiot de dire que les bébés potelés auront des prédispositions à l’obésité ! Que peuvent faire les parents pour atténuer le phénomène ? Nous essaierons d’apaiser les craintes et de rappeler quelques principes.

Constat de société

Le diabète gestationnel de la mère est très souvent la cause de la surcharge pondérale de l´enfant à la naissance. C’est un diabète qui apparaît durant la grossesse, habituellement pendant le 2e ou le 3e trimestre. Les médecins posent aussi un diagnostic de diabète gestationnel lorsqu’une intolérance au glucose est détectée chez une femme enceinte. Toutes les femmes sont inégales par rapport à ce phénomène en particulier à cause de prédispositions génétiques. On ne peut pas faire grand-chose pour le prévenir.

Cependant, on remarque qu’un diabète du même ordre : le diabète de type II augmente parallèlement dans la population. En particulier pour des raisons comportementales, c’est-à-dire trop de malbouffe et de grignotage.
Alors, halte à l’anarchie dans l’alimentation ! Respectez des horaires de repas réguliers, respectez vos envies mais variez les plaisirs. Si vous êtes enceinte, ça ne veut malheureusement pas dire que vous pouvez manger pour 2 ! Quand vous le pouvez, conservez une activité physique (gym douce, marche à pied…)

Un bébé peut-il être obèse ?

Votre bébé est potelé à la naissance, ou il prend vite du poids…Ne vous inquiétez pas trop, naturellement un nourrisson fait des réserves pour s’adapter à contrer un éventuel coup dur.
Malgré tout, essayer de ne pas abuser des récompenses alimentaires et éviter la phrase rassurante : « tant qu’il mange c’est que ça va. » De plus, un bébé qui pleure n’a pas forcément faim. Essayez de ne pas lui donner le sein ou le bib à chaque crise de larmes.
L’important est la régularité dans la prise de poids. Pour avoir un repère objectif : la courbe taille, poids, âge du carnet de santé est votre meilleure alliée (INPES).

Cependant, c’est une hérésie de parler d’obésité pour des nourrissons. Normalement, la courbe de corpulence monte jusqu’à l’âge de 1 an pour s’inverser et redescendre jusqu’à l’âge de 6 à 7 ans et remonter ensuite jusqu’à l’âge adulte…Cette dernière remontée est appelée le rebond d’adiposité. En sachant que la corpulence est le poids en fonction de la taille selon la formule : IMC (Indice de Masse Corporelle) = Poids (KG)/Taille².
Le rebond d’adiposité correspond quant à lui à une augmentation dans le temps de cette corpulence. S’il intervient longtemps avant l’âge de 6-7ans c’est là qu’il faut être vigilant.

Les bonnes habitudes

En moyenne, au niveau de la population générale (selon un rapport du Haut Comité de santé publique), l’apport énergétique journalier est légèrement inférieur aux apports nutritionnels conseillés chez les hommes (2 400 contre 2 500 kcal/j) et chez les femmes, (1 800 kcal et 2 000 kcal/j). Cependant nous mangeons globalement trop de sucres rapides et de lipides mais pas assez de sucres lents. De plus, notre activité physique connaît une baisse vertigineuse en rapport avec un mode de vie urbain et sédentaire.
Ceci est aussi valable pour les bébés.

Il faut savoir que tout ce qui est riche en sucres rapides (sucre lui-même, boissons sucrées, bonbons…) est utilisable directement par le corps pour produire de l’énergie. Donc si on est inactif, ce sucre est transformé par le corps et stocké sous forme de graisse.
Par contre, les lipides doivent être transformés par le système digestif pour être utilisés. Une fois transformés ils apportent beaucoup plus d’énergie que les glucides.

Il faut donc être vigilant dans l’ingestion des « graisses cachées » contenues dans les viennoiseries, les gâteaux, les fromages ou les plats préparés. Mais les lipides apportent aussi des acides gras essentiels. Indispensables aux corps, ils permettent parfois un meilleur métabolisme ou apportent des vitamines pour la peau. Il ne faut pas s’en priver, encore moins chez les bébés. Utilisez le gras comme exhausteur de goût…c’est-à-dire…par exemple rajoutez sur une purée nature avec une petite noix de beurre, agrémentez d’un filet d’huile d’olive un poisson …pour faire ressortir encore plus le goût des aliments.
Par conséquent, variez votre alimentation et celle de bébé. Soignez l’apport en lipides et limitez les aliments sucrés, en particulier les boissons sucrées.

Lors du passage à la diversification, soyez vigilant à l’apport en calcium, fer et acides gras essentiels qui était auparavant comblé par le lait. Pour cela lisez bien les étiquettes des produits ou préférez « une production maison » pour savoir tout ce que vous mangez. Prenez l’habitude, en famille, de manger en prenant votre temps pour sentir lorsque vous êtes rassasié.
Dernière recommandation, incitez votre bébé à bouger, bougez avec lui. Dansez, courez, passez l’aspirateur (au-delà de tout stéréotype passer l’aspirateur est une des activités les plus complète musculairement, un peu comme le ski de fond !!)…

Bilan des courses : nous avons tendance, dans les pays occidentaux ou en voie de développement à grossir. (Sociologiquement, il a été établi que les classes sociales les moins favorisées étaient plus pénalisées parce qu’elles consommaient des aliments plus énergétique pour le même prix ou qu’elle n’avait pas accès à l’information !) Il est possible de bien manger sans se priver et pour pas très cher. Prenez votre temps, écoutez-vous, variez les plaisirs (pas de régimes avec une seule classe d’aliment) et bougez. Et transmettez au plus tôt vos bonnes habitudes.
Pour les causes pathologiques de prises de poids faites vous conseiller par un médecin.

Etes-vous perdus dans toutes les recommandations alimentaires ? Vous aident-elles ? Vous inquiétez-vous pour l’alimentation de vos enfants ?

Marie

2017-10-09T16:54:51+00:00 Par |Conseils|

Laisser un commentaire